Djibouti: Lutte contre les risques et les catastrophes - La dimension genre

News

es instigateurs et animateurs de l’atelier, qui s’est tenu jeudi dernier au siège de l’UNFD, ont présenté devant l’auditoire essentiellement féminin les raisons d’une plus grande implication des femmes et des jeunes filles dans la prévention en amont des risques et de l’atténuation en aval des conséquences d’éventuelles calamités naturelles.

Le Secrétariat exécutif de la gestion des risques et catastrophes a organisé jeudi dernier au siège de l’UNFD un atelier de sensibilisation ciblant particulièrement la gent féminine. Et ce, faut-il ajouter, en partenariat avec le PNUD.

Présidée par le secrétaire exécutif en charge de la gestion des risques et catastrophes, Ahmed Mohamed Madar, la cérémonie inaugurale de ce séminaire a regroupé sur place plusieurs dizaines de femmes et de jeunes filles soucieuses de l’évolution de la place des femmes dans notre société.

Ces assises ont été l’occasion pour les instigateurs et animateurs des débats de présenter les voies et moyens de réduire les pertes humaines et dégâts matériels en cas de catastrophes naturelles.

Il a également été question de l’implication des femmes et des jeunes filles dans la prévention en amont des risques et de l’atténuation en aval des conséquences d’éventuelles calamités naturelles.

Dans cette optique, les unes et les autres doivent mettre à profit les connaissances acquises.

Car elles sont appelées à jouer de rôles d’agents de changements parmi leurs entourages professionnels, familiaux et leurs voisinages respectifs.

C’est dire l’intérêt particulier que les autorités compétentes et les partenaires au développement accordent au processus de vulgarisation de la dimension genre dans la riposte nationale contre les risques et les catastrophes.

N. K

Read the original story here